Conférences

 
Chaque conférence (45 mn) s’accompagne de la dégustation de deux bières en rapport avec le thème abordé, bières sélectionnées par le(s) conférencier(e)(s), en collaboration avec les boutiques La Fine Mousse (Paris 11e) et Brewberry (5e).

Attention, le nombre de place est limité à 50 personnes maximum par conférence. Pour y assister, il vous inscrire en mentionnant le numéro de votre ticket d’entrée ou, sur place, en vous inscrivant auprès de nos hôtesses, s’il reste des places disponibles.

Cette année, les conférences sont réparties dans deux salles, côté Seine et côté Austerlitz.

Ils sont là pour Planète Bière Paris 2018

 

Bières et mets
par Élisabeth Pierre
dimanche 25 mars 2018
à 13h

Voilà plusieurs années qu’Élisabeth Pierre milite pour mettre en lumière les accords mets et bières. Un pari aujourd’hui réussi car les ingrédients de base de la bière (céréales, houblons, levures) sans oublier ceux qui sont parfois ajoutés (fruits, épices, botaniques, miel) offrent une multitude de combinaisons. Les textures et/ou l’effervescence sont aussi des paramètres à prendre compte. Pour réussir à coup sûr les meilleures associations, Élisabeth Pierre se propose de partager son expertise et quelques astuces.

Trinity of Hops
par Michael « Zippo » Parzick
dimanche 25 mars 2018
à 13h

Qu’il soit aromatique ou amérisant, le houblon continue de fasciner les brasseurs du monde entier pour ses nombreuses variétés et façons de les combiner. A tel point que la famille des IPA, ces fameuses India Pale Ale en principe très houblonnées, compte aujourd’hui de nombreux rejetons. C’est dans ce contexte que la brasserie Stone, pionnière américaine des IPA, classe ses bières selon une sainte trinité en fonction des houblons utilisés : tropicaux et juteux, citronnés et floraux, huileux et résineux. Petite explication, dégustation à l’appui, par Michael « Zippo » Parzick.

Le tourisme brassicole
par Nicolas Lescieux
dimanche 25 mars 2018
à 14h

Aujourd'hui, beaucoup de brasseries ouvrent leurs portes aux visiteurs. C’est le signe d'une volonté réelle de la profession de s'engager dans la voie du tourisme brassicole. Circuits de visite, cours de dégustation ou organisation de séminaires d’entreprises ou de soirées privées, les possibilités sont nombreuses pour une brasserie de s’ouvrir au public, qu’il soit simple curieux ou amateur averti. Pourquoi les brasseurs ouvrent-ils leur porte et quel soutien des territoires reçoivent-ils? Après l'éclosion de l'œnotourisme depuis près de 20 ans, quelle place pour le tourisme brassicole en France et quelles perspectives pour la reconnaissance à l’international ?

Les bières trappistes
par Jef Van den Steen
dimanche 25 mars 2018
à 14h

L'ordre des trappistes (appelé en France cisterciens) a été fondé en 1664 dans le village Soligny en Normandie. Leurs moines n'ont jamais brassé de la bière avant la Révolution Française. Ce n'est qu'après leur arrivée en Belgique à Westmalleen 1794 que leur histoire brassicole démarre. Deux siècles plus tard, leurs bières ont évolué de simple bière de table en doubles et triples d'aujourd'hui. Longtemps au nombre de six et toutes basées en Belgique, les brasseries certifiées Authentic Trappist sont aujourd’hui douze – Achel, Chimay, Orval, Rochefort, Westmalle, Westvleteren en Belgique, La Trappe et Zundert aux Pays-Bas, Engelszell en Autriche, Tre Fontane en Italie, Spencer aux USA et Mont Des Cats en France – mais seules onze arborent le label Authentic Trappist Product (ATP) : toutes sauf la Française. Retour sur une histoire hors norme.

De la cervoise à Hildegarde von Bingen : mythes et réalité
par Gilbert Delos
dimanche 25 mars 2018
à 15h

L'histoire de la bière est marquée par de nombreuses légendes qui ne reposent sur rien, et qui pourtant sont reprises régulièrement dans toute la littérature brassicole. Ainsi, la cervoise des Gaulois, prétendument au miel et sans houblon ; le plan de l'abbaye de Saint-Gall qui n'en est pas un ; le livre d'Hildegarde von Bingen qu'aucun brasseur de son temps n'a pu lire ; ou encore le mystérieux gruyt servant à aromatiser la bière avant le houblon. Gilbert Delos se propose de trier le bon grain de l’ivraie, parmi quelques unes des plus communes idées reçues liées à l’histoire de la bière.

Bière & Whisky
par Amaury Freyssenet
dimanche 25 mars 2018
à 15h


Bière et Whisky paraissent bien différents dans les esprits. Pourtant, ces deux produits partagent des ingrédients et un processus de fabrication très similaires. Longtemps peu liés l’un et l’autre, bière et whisky s’inspirent de plus en plus l’un de l’autre (utilisation de malts whisky dans la bière, vieillissement de bière en fûts de whisky mais aussi whisky en fûts de bière…). Jusqu’à être conçus sur le même lieu, de nombreuses brasseries ouvrant aujourd’hui leur propre distillerie. Le début d’une nouvelle et prometteuse alliance.

Profession Brasseur, une marque collective au service de la bière
par Muriel Slawyk
dimanche 25 mars 2018
à 16h

La France compte aujourd’hui 1 100 brasseries en activité sur son territoire et on estime à 4 000 le nombre de références disponibles aujourd’hui. C’est dans ce contexte et sous l’impulsion de Brasseurs de France qu’a été créée la marque collective Profession Brasseur. Décernée selon un cahier des charges qui comptes 420 point de contrôle, elle doit promouvoir la bière, permettre de garantir sa qualité et au consommateur de mieux se repérer. Explication avec Muriel Slawyk, directrice juridique de Brasseurs de France.

Acide nouveau
par Garrett Oliver
dimanche 25 mars 2018
à 16h

Les bières acides sont à la mode mais restent encore largement méconnues. En Europe, elles sont le plus souvent associées à la fermentation spontanée, aux levures sauvages (les fameuses brettanomyces) et aux lambics belges. Pourtant, il existe de nombreuses façons de brasser des bières acides, qu’elles soient gose en Allemagne ou sour aux USA. Si elles sont aujourd’hui devenues tendances, c’est autant par goût (acidulé et très rafraichissant)qu’en raison de la créativité des brasseries. A l’image de Brooklyn Brewery qui n’hésite pas à associer lactobacillus et levures maison de fermentation haute. Explications avec l’un des brasseurs-maison.

La dégustation à travers les 5 sens
par Hervé Marziou
dimanche 25 mars 2018
à 17h

Au même titre qu’un vin ou un spiritueux, la bière se déguste. Avec son authenticité habituelle, le biérologue Hervé Marziou livre toutes les clefs d’une bonne dégustation via l’utilisation optimale des cinq sens. Une leçon idéale pour découvrir les saveurs fondamentales de la bière, avant d’aller plus loin dans la découverte de sa palette aromatique, immense. Une conférence pour éclairer la lanterne de tout amateur, du novice à l’amateur averti.

Les différents styles de bières américaines
par Adam Dulye
dimanche 25 mars 2018
à 17h

IPA, stout, brown ale, saison ou sour… Adam Dulye, le directeur des opérations de l’American Brewers Association, expose les différentes catégories américaines de la craftbeer et comment les brasseries artisanales américaines sont en train de changer l’image de la bière. Il conduira une dégustation commentée pour expliquer tout ce qui se passe en bouche avec ces différents styles de bières. Une conférence passionnante pour comprendre jusqu’où va mener la Craft Beer Revolution !

Profession Brasseur, une marque collective au service de la bière
par Muriel Slawyk
lundi 26 mars 2018
à 12h

La France compte aujourd’hui 1 100 brasseries en activité sur son territoire et on estime à 4 000 le nombre de références disponibles aujourd’hui. C’est dans ce contexte et sous l’impulsion de Brasseurs de France qu’a été créée la marque collective Profession Brasseur. Décernée selon un cahier des charges qui comptes 420 point de contrôle, elle doit promouvoir la bière, permettre de garantir sa qualité et au consommateur de mieux se repérer. Explication avec Muriel Slawyk, directrice juridique de Brasseurs de France.

Le phénomène « CraftBeer » aux États-Unis
par Adam Dulye
lundi 26 mars 2018
à 12h

Plongez dans le monde brassicole américain avec Adam Dulye, chef exécutif de la Brewers Association. En 45 minutes, il promet un tour d’horizon complet des bières artisanales les plus populaires aux US, qu’elles soient hoppy et bitter, malty ou sweet, dark et roasty, tout en vous donnant ses meilleurs conseils pour les accompagner de vos plats et mets préférés. Une excellente occasion de comprendre le savoir-faire des brasseries américaines, qui ont révolutionné la planète bière.

Se former à la bière
par Hervé Loux, Élisabeth Pierre
lundi 26 mars 2018
à 13h

Maîtriser tous les aspects de la bière ne s’improvise pas. Et même si une vie ne suffit pas en faire totalement le tour, on peut gagner du temps et en expertise par la formation. Au même titre que le vin, les spiritueux ou la gastronomie, la bière s’apprend. En Europe, et particulièrement en Allemagne ou en Belgique, les professionnels – qu’ils soient cavistes, barman ou restaurateurs – sont nombreux à être diplômés sommelier de la bière. C’est encore très rare en France mais la demande est en forte hausse. Pas étonnant donc que le programme Doemens, créée à Munich en 1865 et qui existe en six langues soit aujourd’hui accessible en français. Les professionnels de la bière ont désormais accès à une formation Sommelier Bière certifiante, validée par un diplôme reconnu internationalement.

Le SNBI, un syndicat au service des brasseurs et des consommateurs
par Jonathan Abergel
lundi 26 mars 2018
à 13h

«Dans un contexte économique où les brasseries indépendantes et artisanales naissent les unes après les autres à raison d’une création part jour, les brasseurs ont souhaité la création en 2016 d’un syndicat qui leur est propre. Le Syndicat National des Brasseurs Indépendants qui fédère à présent 350 brasseurs, a pour mission la défense, la protection et l’aide aux brasseurs indépendants français. Le SNBI est aussi au service des consommateurs car il a vocation à favoriser la culture bière, la transparence des fabrications et la promotion des bières artisanales à travers un futur label. Tour d’horizon du seul syndicat qui s’occupe spécifiquement de la profession "brasseurs indépendants".

Élaborer une carte des bières
par Thibault Schuermans
lundi 26 mars 2018
à 14h

Alors que tous les cafés et restaurants proposent un carte des vins et qu’ils sont de plus en plus nombreux à s’essayer aux cocktails, la bière reste le parent pauvre de l’offre CHR. Et pourtant la demande est là et elle dépasse maintenant largement la simple distinction par couleur. Styles et pays, amertume, degré ou type de fermentation sont aussi des paramètres à prendre en compte, que l’on veuille manger ou se désaltérer. Constituer une carte cohérente de bières ne s’improvise pas surtout face à l’incroyable diversité de la catégorie aujourd’hui. Et souvent le (bon) goût ne suffit pas. Les conseils des experts.

Brasser en toute autonomie
par Tom Delcourt
lundi 26 mars 2018
à 14h

La brasserie américaine Rogue doit son excellente réputation à ses délicieuses bières mais aussi à son ambitieux programme de brasser l’intégralité des bières de sa gamme GYO (Grow Your Own) avec des ingrédients exclusivement maison. La ferme a vu le jour en 2008, à la suite d’une pénurie de houblon aux USA. Aujourd’hui, Rogue cultive dix variétés de houblons sur 22 hectares plantés à Independance (Oregon), un simple carré à côté des 200 hectares consacrés aux céréales – orge, blé, maïs, seigle – du côté de Tygh Valley (Oregon). La ferme récolte aussi des citrouilles, des concombres, des piments jalapeños et des mûres. Elle héberge également 7 140 289 abeilles. Tom s’en porte garant.

La distribution, enjeu majeur du développement de la catégorie bière
par Jean-Luc Butez
lundi 26 mars 2018
à 15h

Importateurs, distributeurs, grossistes : nombreux sont les acteurs de la distribution en France. Dans un marché en pleine explosion, référencer de nouvelles bières peut s’avérer un vrai casse-tête. Que l’on soit point de vente ou brasseur, vers quel acteur se diriger ? Quelles sont les bonnes pratiques ou les étapes clefs pour que le marché se structure ? Alors que la filière s’organise et que le marché gagne en maturité, réponse avec Jean-Luc Butez, PDG-fondateur d’IBB qui importe des marques de renommée internationale telles que Rogue, Stone Brewing, Brewdog ou Sierra Nevada.

À chaque style, son verre
par Steve Grossman
lundi 26 mars 2018
à 15h

Sierra Nevada est l’une des brasseries majeures du renouveau de la bière outre-Atlantique. Elle a été fondée en 1980 par Ken Grossman

Jusqu’où va la bière
par Cécile Delorme
lundi 26 mars 2018
à 16h

Dans l’effervescence actuelle, seule l’imagination du brasseur est un frein à la créativité pour imaginer de nouvelles recettes de bières. On ne compte donc plus les expérimentations diverses et variées menées avec plus ou moins de bonheur. Désormais, tout parait possible : jeu sur les matières premières (nouveaux houblons, acides alphas extrêmes, levures diverses et variées), ajout d'ingrédients spéciaux, retour aux méthodes de brassage ancestrales (pierres chaudes, fermentations spontanées), vieillissement en barriques, la bière n'a pas finie de nous surprendre. Petit tour du monde des tendances et des pratiques pour essayer de comprendre jusqu’où va (et ira) la bière.

Acide nouveau
par Garrett Oliver
lundi 26 mars 2018
à 16h

Les bières acides sont à la mode mais restent encore largement méconnues. En Europe, elles sont le plus souvent associées à la fermentation spontanée, aux levures sauvages (les fameuses brettanomyces) et aux lambics belges. Pourtant, il existe de nombreuses façons de brasser des bières acides, qu’elles soient gose en Allemagne ou sour aux USA. Si elles sont aujourd’hui devenues tendances, c’est autant par goût (acidulé et très rafraichissant) qu’en raison de la créativité des brasseries. A l’image de Brooklyn Brewery qui n’hésite pas à associer lactobacillus et levures maison de fermentation haute. Explications avec l’un des brasseurs-maison.